logo auto moto
zn
600 sites
annonces auto moto
la plus large diffusion et le plus grand choix d'annonces sur Internet !
auto moto
accueil
mon compte FAQ ? les services publier une annonce voir les annonces forfait pro
contact
 Ajouter aux favoris
 les services



 fiches pratiques



 fiches techniques



 actualités infos




c

Dossier Huile moteur : Quelle huile choisir ?
adg

Partenaires


















annuaire

Liens

 
L'importance du choix d'une huile adaptée à l'utilisation de votre véhicule
Bidon d'huile moteur
 

   
Huile moteur : quelle huile choisir  ?

Les éléments à prendre en compte :

Moteurs Diesel ou  essence ; Indice de viscosité,  5 W 40 ?
Huile de synthèse, semi-synthèse, additifs, lubrification....



 

La qualité de l’huile que vous allez choisir pour le moteur de votre véhicule est importante à deux niveaux :

- La durée de vie du moteur est sensiblement prolongée ;

- Une huile de qualité va réduire les risques de panne ou de casse prématurée.

Pour un moteur,.une prolongation de quelques années sans problème représente, en termes d'économie sur les coûts d'entretien, un challenge de plusieurs milliers d'€ !

g6

Intérêt lors de la revente : Le bon entretien d’un véhicule est un argument de poids à faire valoir lors de la revente de votre véhicule, cela d’autant plus que la négociation a lieu de particulier à particulier.

Mieux résister à l'usure et aux frottements : choix de l'huile moteur 

Le frottement des pièces mécaniques, en particulier les pistons (segments) contre les cylindres, est l’ennemi numéro 1 du moteur, car les pièces mécaniques qui entrent en contact agissent comme des abrasifs..

Pour y pallier, l’huile soit déposée sur les pièces mécaniques en mouvement pour former un « film protecteur » Il va ainsi réduire la friction.

Intérêt financier 

Il vaut mieux dépenser quelques euros de plus par litre en faisant une vidange avec une huile de qualité (l'ajout d'additifs, à condition qu'ils soient bien appropriés, peut constituer une alternative ; c'est un point sur lequel nous reviendrons en fin d'article)

L’intérêt financier est double : outre la réduction du risque de casse, comme nous venons de le voir,  une bonne lubrification va aussi agir sur l’amélioration des performances du moteur (on s'y retrouve aussi sur le plan de la réduction de la consommation, non seulement d’huile, mais surtout de carburant : les quelques pour cent gagnés sont importants pour le budget).

Un peu de vocabulaire technique : propriétés et qualité de l’huile moteur, additifs

Voici des informations dont la connaissance va nous permettre de déterminer sur quoi nous allons pouvoir agir.

A l’origine, les huiles sont minérales et extraites du pétrole. Par ajout de produits additionnels, elles deviennent semi-synthétiques ou de synthèse (les huiles de synthèse, contrairement aux huiles d’origine animale, ont la propriété de rester fluides à des températures inférieures à – 0 ° C)

L’on distingue deux grandes catégories d'huile :

- les huiles monogrades (destinées aux moteurs qui chauffent peu, dont la température reste en général en-deçà des 100 °C, tels les moteurs deux temps : tondeuses à gazon ou moteurs plus anciens) ;

- et les huiles multigrades (les agents chimiques ou polymères ajoutés procurent une meilleure lubrification à froid et une meilleure stabilité à chaud)

Nous avons vu précédemment que les huiles moteur remplissent plusieurs fonctions. Elles ont un effet anti-abrasion et anti-corrosion (anti-oxydant), mais pas seulement :

Des additifs viennent en renforcer les qualités. Quels sont-ils et quels en sont les caractéristiques ? Parmi les principaux : abaisseur de point d’écoulement (pour augmenter la fluidité à froid), agents anti-usure, anti-mousse, dispersants (pour maintenir les particules en suspension), modificateurs de viscosité...

Huile 5W30 5W40 15W40 etc.

La viscosité est codée en grades de 0 à 60, par unités de 5 (la viscosité se mesure par le temps mis par une huile pour s’écouler au travers un orifice). 

Le premier chiffre mesure la viscosité à froid. Par exemple, pour une huile 5 W 40, le grade 5 signifie moins de viscosité à froid (viscosité = résistance à l'écoulement), autrement dit plus de fluidité à froid qu’une huile 15 W 40 ;

Le second chiffre indique la viscosité à chaud (mesurée à la température de 100 ° C).

Plus le premier chiffre est bas, mieux cela vaut. Pour le second chiffre, c'est le contraire qui est vrai : si l'indice est plus élevé, cela signifie que la viscosité à chaud est meilleure pour le moteur. Le second chiffre doit tout particulièrement pris en compte si vous sollicitez sérieusement votre moteur par une conduite plus sportive (risque de surchauffe).

Quelle différence existe-t'il entre les huiles pour moteur diesel et essence ?

Les huiles pour moteurs diesel contiennent davantage de détergents destinés à empêcher que les particules qui résultent de la combustion du gazole s’accumulent dans le moteur (dont la paraffine et le soufre). A l'inverse, elle n’est pas recommandée dans les moteurs à essence. En effet, si elle était utilisée dans un moteur essence, l’huile pour diesel diesel remettrait en suspension les boues et dépôts qui retombent dans le carter, ce qui risquerait les filtres.

Il existe aussi une huile spéciale pour moteur diesel FAP (moteurs dotés d'un échappement avec Filtres A Particules. Dans ce cas, il faut utiliser une huile 5 W 40 ou formulation spéciale 5 W 30 (suivre les recommandations du constructeur)
 
Huile moteur : le éléments et les raisons d'un choix 

(Pour mémoire, voir ci-dessus terminologie et définitions)

Indice de viscosité :

En hiver, mieux vaut utiliser une huile à faible viscosité à  froid, donc plus fluide, car la lubrification des pièces du moteur se fera plus rapidement, en particulier au démarrage.

Cependant, l'automobilistes que vous êtes ne va pas passer chez le garagiste pour changer d'huile à chaque nouvelle saison : alors mieux vaut opter pour une huile qui va offrir une meilleure réponse aux situations hivernales (qui peut le plus peut le moins ou, plus exactement le mieux !), surtout si le véhicule stationne à l'extérieur.

Si vous vivez dans une région montagneuse et plutôt froide ou encore que vous êtes susceptible de vous y rendre, optez pour une huile 5 W 40. Dans les autres cas, une huile 10 W 40 peut s’avère un bon choix.

Pour se fixer simplement les idées, si l'on s'en tient à des critères géographiques :  5 W 40 ou 10 W 40 pour les régions plutôt situées au Nord et dans l'Est de la France (nos amis belges et suisses sont concernés), 15 W 40 ou 15 W 50 plus au Sud peuvent suffire.

Pour le second chiffre (pour rappel, celui de viscosité à chaud), l’indice 40 est, dans la très grande majorité des cas, nécessaire et suffisant. Pour une utilisation plus poussée, à la limite sportive (par définition coûteuse et consommatrice d’énergie), il vaudra mieux passer à l’indice 50 (à chaud, il est préférable d'avoir une huile moins visqueuse, donc ' plus fluide ')

Astuce pour se souvenir des caractéristiques de l'huile moter – Pour mieux conserver en mémoire ces indices concernant l'huile moteur, notez que W est l’abréviation anglaise de Winter (Hiver), et souvenez-vous que le premier indice concerne précisément la viscosité à froid (chiffre le moins élevé, comme la température du moteur avant son démarrage), le second la viscosité à chaud (chiffre le plus élevé, en relation avec la température du moteur en fonctionnement)

Huile de synthèse ou semi-synthèse ?

-  L’huile de semi-synthèse conviendra assez bien à une citadine et pour tout véhicule dans un cadre d'utilisation standard ;  

-  L’huile de synthèse conviendra aux utilisations intensives, aux sollicitations fortes et sportives.


Huile moteur : les additifs, pourquoi, quand, comment ?

Nous avons déjà abordé plus haut (vocabulaire technique) la nature des additifs.

Maintenant, du point de vue de l’automobiliste cherchant à maîtriser son budget, deux éléments principaux à prendre en compte :

- Le premier objectif doit viser à réduire l’usure du moteur ;

- Dans le second, nous visons à améliorer la performance ou le rendement du moteur et, par voie de conséquence, réduire sa consommation de carburant.

C’est donc sur ces deux éléments, non pas pris séparément, mais comme agissant ensemble que la question des additifs entre en ligne de compte.

En règle générale, les additifs sont inclus
dans les huiles qui vous sont proposées (suivant des formulations qui peuvent certes différer légèrement selon les fabricants). Il faut regardez les tableaux comparatifs qui figurent sur les bidons d’huile. Vous constaterez qu’un certain nombre d’étoiles figurent en face des critères pris en compte. Ces indications vous seront utiles pour faire votre choix.

Si vous utilisez votre véhicule de façon relativement standard (et pour un kilométrage annuel qui ne dépasse pas les 20.000 km) de votre véhicule, vous n’avez pas d’autres éléments à ajouter autres que ceux déjà contenus dans votre huile.

Si vous avez des doutes sur la qualité de l'huile utilisée

Imaginons que votre garagsite vous ait proposé sa formule de vidange standard ou bien encore que vous ayiez succombé à la promotion « vous ne trouverez pas moins cher ailleur » faite par la station « vidange minute » proche de chez vous, que faut-il faire ? Faut-il penser à un additif si vous avez un doute sur la qualité de l’huile fournie ?

En réalité, oui et non, selon les cas ! Il vaudra peut-être mieux raccourcir le délai de la prochaine vidange. Certains additifs sont de bonne qualité, mais ils doivent être choisis avec soin..

Les additifs à base de silicone ou de paraffine sont plutôt à déconseiller du fait de leur agressivité.  Certains additifs décrits comme des produits miracles ont fait l'objet de contestations. En particulier, les additifs à base de Téflon en poudre peuvent, dans certains cas, poser problème dans la mesure où ils peuvent obstruer les canalisations fines.

Cela étant, il faut rester ouvert aux nouveautés et aux propositions… à conditions qu'elles soient préalablement testées (un additif ne doit pas déséquilibrer la structure moléculaire et donc  la tenue de l’huile).

Les automobilistes qui préfèrent raisonner en termes de sécurité et de durabilité porteront leur choix sur une huile de bonne qualité, choix qui se fait, non seulement au moment de chaque vidange, mais lors de l'achat du véhicule sur la façon de l'entretenir.

Conseil anti-usure pour optimiser la lubrification 

En réalité, c’est au démarrage (et plus encore en hiver) que les moteurs sont le plus mis à contribution. Après une durée d’immobilisation de plusieurs heures (a fortiori une nuit complète), l’huile repose au fond du carter. Ce qui signifie que la lubrification du moteur est « à refaire » à chaque démarrage.

Il en découle que :

- Mieux vaut ne pas faire vrombir son moteur au démarrage, donc au moment où le risque d’abrasion des pièces mécaniques est à son maximum, puisque la lubrification n’est pas encore faite de façon optimale ;

- De la même façon, faire tourner - sans trop accélérer - son moteur pendant quelques dizaines de secondes voire une minute au plus avant d’enclencher une vitesse. Les accélérations plus franches ne viendront qu'après quelques centaines de mètres, donc de préférence après que le moteur aura eu le temps de monter en température.

 Fréquence des vidanges

Concernant la fréquence des vidanges, mieux vaut bien entendu s’en tenir aux recommandations des constructeurs (d'ailleurs, la garantie est en jeu pour un véhicule neuf), sachant que la durée et le kilométrage parcouru entre chaque vidange a progressé dans le bon sens (assez couramment 20.000 km pour les moteurs diesel de fabrication récente, moitié moins pour les modèles essence). Toutefois, après la période de garantie, il faudra aussi tenir compte du type d’utilisation du véhicule (plus grande fréquence des vidanges pour des utilisations urbaines).

NB - Il est recommandé de changer filtre à huile au moins toutes les deux vidanges (les carnets d'entretien des véhicules le précisent)

Entre deux vidanges, il est conseillé de faire un contrôle des niveaux d'huile tous les 1.000 à 2.000 km et avant tout déplacement relativement important (exemple trajet de plus de 500 km). Pour certains véhicules (pour les motorisations les plus anciennes), un contrôle en station peut être conseillé à l'issue ou en cours d'un trajet sur autoroute.

JR R, - Fiches pratiques

© Tecinfor.com - Octobre 2010, publication AnnoncesNo1 automoto et sites Internet associés.

..................................................................................................................

Veuillez nous faire part des éléments que vous aimeriez trouver dans cette rubrique :

- pour cela, merci de nous laisser un message -





 



auto moto



auto moto



  Conditions générales - Qui ?Partenaires Contact Mentions légales
  Le plus grand choix d'annonces sur annoncesno1automoto.com - © Copyright Edrs Tecinfor 2004-2011
 © Edrs Edition et Tecinfor 2004-2011 -  automobile   annonces moto  immobilier  Voyages tourisme  infos presse news  petites annonces  edition